Luc Maurice

Passion, goût du risque et désir d’apprendre : entrevue avec Paul Tellier et Luc Maurice

Partager cet article:

Article tiré du magazine du Groupe Maurice « L’Innovateur », Octobre 2018, no 2

 

Monsieur Paul Tellier est l’un des dirigeants d’entreprise les plus respectés au pays. À un moment de son parcours professionnel des plus impressionnants, il a fait la rencontre d’un jeune homme passionné, ambitieux et possédant une soif d’apprendre hors du commun : Luc Maurice. Un rapport de mentorat a alors débuté entre ces deux hommes, pour se transformer, au fil du temps, en amitié sincère. Comment cette relation a-t-elle évolué pour devenir aussi profonde qu’elle l’est aujourd’hui ? Leur curiosité et leur vision communes y sont certainement pour quelque chose…

 

Monsieur Tellier, monsieur Maurice, qu’est-ce qui a provoqué votre rencontre ?

Paul Tellier : J’étais greffier du Conseil privé du Canada, à Ottawa, et l’une de mes tâches consistait à informer Son Excellence, la très honorable Jeanne Sauvé, gouverneure générale du Canada, des principaux dossiers gouvernementaux en cours. Luc était alors un proche collaborateur de madame Sauvé. Donc, chaque fois que j’allais à Rideau Hall, j’avais l’occasion de rencontrer Luc. Il s’est éventuellement ajouté une dimension plus personnelle à notre relation : Luc avait un bon copain qui est devenu le mari de ma fille.

Luc Maurice : Je me rappelle encore ce que Jeanne Sauvé m’avait dit à propos de Paul : elle estimait la précision, la clarté de ses propos. On se côtoyait très brièvement, Paul et moi, entre autres lors de réceptions. Malgré cela, j’ai rapidement réalisé que j’aimais aussi cette intelligibilité, cette façon franche et sans prétention qu’il avait de s’adresser à un interlocuteur. J’admirais surtout le fait qu’il demeurait humain avant tout. Et quelle énergie !

 

Monsieur Tellier, de votre côté, qu’aviez-vous perçu comme compétences chez monsieur Maurice ?

Tellier : Luc a toujours été un fonceur. Certains diraient un casse-cou ! Mais à l’âge qu’il avait à l’époque, c’était parfaitement normal ! (rires) Il est très tenace, très déterminé et soucieux d’apprendre afin de s’améliorer. Ce sont des qualités humaines fondamentales pour réussir, quel que soit le secteur d’activités.

 

Pourquoi, consciemment ou inconsciemment, monsieur Tellier est-il devenu votre mentor ?

Maurice : Paul Tellier était le grand patron de tous les sous-ministres du Canada. Je me souviens avoir été très impressionné lorsque je l’ai rencontré. J’avais 28-29 ans à l’époque. J’avais tout à apprendre. J’admirais sa capacité de savoir comment parler aux gens, peu importe leur métier ou leur rang dans la société. Il s’adressait de la même façon à un chauffeur qu’à un homme d’affaires, à des menuisiers qu’aux plus grandes célébrités. Cette habileté-là qu’il avait — et qu’il a toujours — de communiquer avec force un message et de s’adapter à son public, était très formatrice pour moi.

 

Monsieur Tellier, étiez-vous conscient que vous étiez une inspiration, un mentor pour monsieur Maurice ?

Tellier : Un « mentor », c’est un grand mot ! C’est un terme tellement subjectif. On se rend effectivement compte, parfois, que certaines personnes déteignent sur nous, que ce soit pour leurs erreurs, ou leurs bons coups. Mais je n’ai jamais prétendu, au cours de ma carrière, être un mentor pour qui que ce soit. Il y a cependant des gens, en effet, qui me disent à l’occasion que j’ai eu une influence sur eux. Tant mieux si je peux aider !

 

Quels sont les grands apprentissages que vous avez conservés de monsieur Tellier ?

Maurice : Pour moi, il était l’exemple par excellence d’un leader francophone solide, modeste et possédant la capacité de s’adapter à toute situation. Lorsqu’il était confronté à une problématique, il ne se fiait pas aux autres pour la résoudre : il allait directement rencontrer les personnes concernées, que ce soit un fournisseur, un client ou un employé, pour établir un lien de confiance avec elles au lieu d’entretenir une dualité.

J’apprenais énormément à le regarder faire. Je notais tout ! Il faut dire qu’il était impressionnant à voir aller. Après l’époque où il a été greffier, il a occupé le poste de président-directeur général du Canadien National, entreprise dont il a dirigé la privatisation. C’est quelque chose quand même !

 

Avez-vous d’autres exemples qui illustrent l’influence qu’il a exercée sur vous ?

Maurice : J’avais écrit un jour une lettre importante au nom de Paul (je devais, de temps à autre, rédiger des correspondances en son nom), mais cette fois-là, je l’avais peut-être faite un peu trop vite. Il m’avait alors remis le document sur lequel il avait ajouté à la main : « Aucun doute que tu peux faire mieux ! » (rires) Toute ma vie, il a touché mon orgueil avec cette façon diplomatique de me ramener à l’ordre. Car au fond, cette annotation voulait dire : « Luc, sois minutieux s’il te plaît. »

 

Comment percevez-vous Le Groupe Maurice, monsieur Tellier ?

Tellier : Je pense que Luc, avec énergie, ténacité, talent et stratégie, a mis sur pied un Groupe assez unique. En plus de sa vocation d’affaires, l’entreprise qu’il a bâtie possède une forte dimension humaine, à l’image de l’homme qu’il est.

 

Avez-vous été témoin de situations qui corroboraient ces valeurs ?

Tellier : Bien sûr. Il y a un exemple qui me vient à l’esprit justement. Un jour, dans une résidence, le golf virtuel ne fonctionnait pas. Ça brise souvent un golf virtuel, et le réparer coûte cher. Un des administrateurs a alors suggéré de l’enlever. Luc a aussitôt réagi : « Non, il n’en est pas question. Il y a des joueurs de golf qui ont choisi cet endroit, entre autres, parce qu’il offrait un golf virtuel. Pour eux, cette activité est d’une importance capitale. » Si, en tant que PDG, Luc n’avait pensé qu’aux profits de la résidence, ce service aurait effectivement disparu. Mais au lieu de cela, il s’est attardé au bonheur des résidents.

 

Est-ce que Le Groupe Maurice a beaucoup évolué selon vous, monsieur Tellier ?

Tellier : Oui. Le Groupe Maurice a nécessairement évolué, car il est devenu un exemple de réussite. Mais avoir du succès peut être dangereux. Il ne faut pas tomber dans le piège : la qualité du produit doit demeurer la même, malgré le fait que l’entreprise se développe rapidement. Les objectifs fondamentaux ne doivent pas être mis de côté pour des raisons d’efficacité ou de rendement.

Luc a dû s’adapter : il est passé de président d’une petite entreprise à celui d’une entreprise gigantesque comprenant une quarantaine de propriétés et logeant des milliers de personnes. Il aurait facilement pu se dire : « À partir de maintenant, je ne me préoccupe que du bilan financier et du développement. Ce qui se passe sur le terrain, comme la qualité de la nourriture ou la propreté des salles de bain, je laisse ça à mes subalternes. » S’il avait fait ça, sa vision aurait complètement changé et les résidences n’auraient offert que des chambres à louer, comme un hôtel. Mais ce n’était pas ça la mission du Groupe Maurice. Il est resté fidèle à ses valeurs et les a défendues.

 

Qu’avez-vous en commun, tous les deux ?

Maurice : L’énergie. En avoir, c’est une chose, mais être capable de la partager, de la communiquer aux gens, de mobiliser des troupes, Paul fait ça avec brio. À observer longtemps comment il s’y prenait, je crois que j’ai réussi à intégrer cette énergie aussi.

Tellier : Derrière ma maison, j’ai une vieille grange qui a 175 ans. Il y avait un arbre, un jour, qui menaçait de tomber sur son toit. Et c’était tout un arbre ! Luc a alors dit : « On va te couper ça, inquiète-toi pas. Et on va faire ça avant le souper ! » (rires) Ne faisant ni une ni deux, il a pris la scie à chaîne, puis tout a été débité avant le repas du soir. La grange est restée intacte ! Le goût du risque, la détermination et la capacité de nous mettre en action, on a aussi ça en commun !

 

Monsieur Maurice, avez-vous encore des choses à apprendre de monsieur Tellier ?

Maurice : Bien entendu ! Pas plus tard qu’il y a trois mois, j’ai appelé Paul pour avoir son avis concernant une problématique. Je ne cesserai jamais d’apprendre. C’est grâce aux connaissances qu’on survit. Qu’on évolue.

 

Votre collaboration, votre amitié, votre relation est encore très vivante, c’est palpable.

Maurice : Absolument. J’ai une confiance absolue en lui. Je suis privilégié d’avoir évolué en l’ayant à mes côtés.

11 Commentaires Laissez votre commentaire

J'AI LU AVEC GRAND INTÉRÊT CETTE ENTREVUE FORT CAPTIVANTE DE DEUX HOMMES DE DEVOIR; JE NE PEUX FAIRE AUTREMENT QUE DE CORROBORER L'ENTHOUSIASME ET LA PASSION DE M. TELLIER CAR, POUR L'AVOIR CONNU D'ASSEZ PRÈS COMME DIRECTEUR ASSOCIÉ DE LA RÉGION DE QUÉBEC ALORS QU'IL ÉTAIT SOUS-MINISTRE AUX AFFAIRES INDIENNES, JE SUIS A MÊME DE CONFIRMER QUE J'AI SOUVENT EU L'OCCASION DE LE VOIR A L'OEUVRE ET DE CONSTATER A CHAQUE FOIS SA DÉTERMINATION, SON ÉNERGIE DÉBORDANTE, SON GOÛT DU RISQUE ET SON DÉSIR INSATIABLE POUR LA QUALITÉ ET L'EXCELLENCE; IL ÉTAIT UN HOMME DE CARACTÈRE ET SA PASSION ÉTAIT CONTAGIEUSE.......
JE NE CONNAIS PAS M. MAURICE, MAIS LE FAIT QU'IL AIT ÉTÉ ASSOCIÉ D'AUSSI PRÈS AVEC M. TELLIER EN DIT BEAUCOUP SUR LES QUALITÉS DE CET ENTREPRENEUR (NE DIT-0N PAS QUI S'ASSEMBLE SE RASSEMBLE); JE CONNAIS CEPENDANT SES BELLES RÉALISATIONS DANS LA RÉGION DE QUÉBEC AINSI QUE LA GAMME DE SERVICES OFFERTS DANS SES RÉSIDENCES; MON ÉPOUSE ET MOI ENVISAGEONS D'AILLEURS NOUS EN PRÉVALOIR DANS AVENIR PLUS OU MOINS RAPPROCHÉ....

FÉLICITATIONS POUR CETTE BELLE ENTREVUE ET BRAVO A CES DEUX HOMMES D'EXCEPTION

    Bonjour M. Savard, Merci beaucoup pour votre beau commentaire ! N'hésitez pas à venir nous rencontrer, nous serons heureux de vous en dire davantage sur Le Groupe Maurice.

Les deux font la paire !

Excellente entrevue , M. Luc Maurice est et sera toujours un homme de valeur , il respecte et il est respecté
Bravo !! M. Maurice et je te souhaite une longévité tout en restant authentique .

Francine G.

Quels échanges inspirants. Merci!

Employée du G.M. J'ai beaucoup d'admiration pour M. Maurice et son respect pour les aînés .
J'aime beaucoup son commentaire et à mettre en pratique : c'est grâce aux qu'on survit et qu'on évolue . bravo !!!!
Mercienne Mecca
Conseillère projet Ivvi Laval

Bravo vous êtes donner une chance d'évoluer ensemble bravo .

Ce que je viens de lire me touche beaucoup...Qu`il y aie encore des gens d`affaires qui considèrent ``l`humain`` avant l`argent...en plus de nous encourager,nous réconforte...Ces valeurs m`édifient!!!Mon mari et moi avons vraiment hâte de vendre, afin d`aller demeurer ds une résidence du Groupe Maurice,où le proprio véhicule le respect!!!Comme Messiers Tellier et Maurice nous voulons demeurer positifs.MERCI!

    Merci beaucoup pour ce beau commentaire, Madame Gagné !

Entretien très intéressant. M. Maurice est allé à la bonne école pour apprendre ce qu'est l'efficacité et l'humanité, et il met en pratique ce qui lui a été inculqué. Mais il avait sûrement au départ les qualités qu'on lui attribue.

Entretien très intéressant. M.Maurice a appris, aux côtés de M. Tellier, bien des choses et il a su mener avec efficacité et humanité le regroupement des gens aînés.

Laissez votre commentaire