Conseils

Santé bucco-dentaire : une bouche en santé pour mordre dans la vie !

Partager cet article:

Par Michèle Sirois, animatrice à Ère Libre, MAtv et collaboratrice à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal

 

Pendant de longues années, la santé bucco-dentaire était considérée comme à part de notre santé globale. C’est sans doute pourquoi le régime d’assurance-santé au Québec ne couvre toujours pas les soins portés à nos dents et gencives.  Et pourtant!

C’est lors d’une conférence présentée à l’amphithéâtre Le Groupe Maurice le 18 avril dernier que la dentiste Julia Fournier* est venue nous rappeler l’importance d’une bonne hygiène bucco-dentaire au cours du vieillissement.

 

D’emblée, la conférencière y est allée de conseils dédiés aux 65 ans et plus :

  • Se brosser les dents avec une brosse souple ou électrique au moins 2 fois par jour
  • S’assurer de ne pas brosser ses dents trop vigoureusement
  • Tous les jours, utiliser le fil de soie dentaire ou un autre instrument si nous éprouvons un problème de dextérité. Seulement 41% des 65 ans et plus utilisent le fil de soie… et ce sont surtout les femmes
  • Après 65 ans, voir son dentiste deux fois par année ou plus si on note un changement ou de la douleur

 

Même si nous pratiquons toujours la même bonne hygiène dentaire, nous le savons, notre corps se modifie en vieillissant et peut nécessiter un peu plus d’attention. Il en est de même avec nos dents et nos gencives.

 

Moins de salive, plus de plaque dentaire

Nous produisons moins de salive en vieillissant. La salive agit comme un auto-nettoyant. Elle élimine les bactéries présentes au niveau de la langue, des gencives et de l’intérieur des joues. Moins de salive peut donc encourager la formation de la plaque dentaire. Celle-ci est en effet composée de bactéries et de sucre. En trop grande quantité, la plaque peut créer des gingivites (inflammation des gencives).

La Dre Fournier nous rappelait également que plusieurs médicaments, souvent consommés après 65 ans, peuvent assécher notre bouche. Certains somnifères et les médicaments pour traiter l’hypertension, pour ne nommer que ceux-ci, sont souvent la cause d’une bouche sèche.

 

Voici ce que recommandait la conférencière pour pallier la réduction de salive :

  • S’assurer de toujours bien s’hydrater
  • Sucer un bonbon sans sucre ou mâcher une gomme (sans sucre) pour stimuler la production de salive
  • Réduire sa consommation d’aliments épicés ainsi que la caféine et l’alcool
  • Ne pas utiliser un rince-bouche qui contient de l’alcool
  • Voir avec son médecin ou son dentiste s’il faut utiliser un substitut salivaire. Certains n’exigent pas d’ordonnance, mais il est toujours recommandé de parler avec son pharmacien avant d’en débuter l’utilisation

 

Comment empêcher l'érosion de l'émail ?

La diminution de la salive peut aussi affecter l’émail de nos dents. En effet, la salive agit comme un diluant des acides qu’on retrouve dans nos aliments. Un PH trop acide affecte l’émail de nos dents, les rendant plus sujettes aux fissures et aux caries.

En plus de s’assurer d’avoir la bouche bien hydratée,  voici les autres recommandations de la Dre Fournier:

  • Attendre 30 minutes avant de se brosser les dents après avoir mangé un fruit très acide
  • Utiliser un dentifrice et/ou un rince-bouche qui contient du fluor
  • Si on ne peut pas se brosser les dents, mâcher un morceau de fromage à pâte dure, comme le cheddar. Le fromage étant de teneur alcaline, il viendra rééquilibrer le PH trop acide de notre bouche.

 

Contrer la diminution de la masse osseuse

En vieillissant, notre masse osseuse a tendance à diminuer. Et les os de nos mâchoires ne sont pas épargnés. La solidité de nos gencives, et par conséquent la stabilité de nos dents, est ainsi compromise.

Nous pouvons prévenir une coûteuse greffe osseuse par une bonne hygiène des dents qui nous éloignera des gingivites et des parodontites.  Et bien sûr, ne pas oublier de consommer suffisamment de calcium et vitamine D.

 

Les dents et la santé globale

En tant que spécialiste de la santé bucco-dentaire, la dentiste ne pouvait passer sous silence que la santé de nos dents et de nos gencives va bien au-delà de notre bouche. En effet, des études récentes ont démontré que plusieurs maladies pouvaient être liées à une bouche malade.

En outre, l’inflammation causée par une gingivite et plus particulièrement par une parodontite, serait un facteur de risques de maladies telles que l’AVC, l’infarctus et le diabète.

De plus, un problème de dents, de mâchoires ou de prothèses mal ajustées peut empêcher une bonne mastication.

Des aliments essentiels à notre santé comme les fruits et légumes deviennent difficile à mastiquer et nous aurons tendance à les éviter. De plus, un aliment peu mastiqué sera plus difficile à digérer.

 

Conclusion

Garder nos dents en santé contribue à notre bien-être. Et même si les soins chez le dentiste ne sont toujours pas inclus dans notre programme d’assurance santé, un vent de changement s’installe tout de même. Ainsi, en février dernier, le Gouvernement du Québec annonçait un investissement de 10 millions $ par année pour créer des programmes qui offriraient des services bucco-dentaires aux résidents en CHSLD.

 

Un beau sourire restera toujours un signe d’optimisme et de santé !

 

 

* Dre Julia Fournier Debaene Dmd, Dentiste généraliste -  Service dentaire mobile inc.

Laissez votre commentaire