Luc Maurice

Luc Maurice en 10 questions… et peut-être un peu plus !

Partager cet article:

Pour ce billet de blogue, on m’a permis de voler la tribune à monsieur Maurice pour que je le cuisine un peu. Pourquoi ? Parce que nous le connaissons tous sous son chapeau de président fondateur, mais beaucoup moins sous celui de l’homme derrière tout ça. Je l’ai rencontré virtuellement, puisqu’isolé à son chalet, aux prises avec des relents de COVID-19 (eh oui, même des grands gaillards comme lui passent dans le tordeur d’Omicron, faut-il en conclure !). Mais sa bonhommie ne fut en rien accablée par ce désagrément, bien au contraire. Débutons donc l’année de façon légère et joyeuse avec 10 questions à Luc Maurice. C’est parti !

 

Monsieur Maurice, vous êtes à votre fameux chalet, celui dont on entend si souvent parler. Qu’a-t-il de si spécial à vos yeux ?

C’est que je viens de le rénover, et que pour le faire, j’ai démoli le chalet que j’avais construit moi-même à l’âge de 17 ans. Mon père était un petit entrepreneur général et j’ai appris beaucoup en l’aidant sur les chantiers. J’adorais travailler avec lui. On s’entendait vraiment bien. Vous ne le savez peut-être pas, mais je suis manuel de nature… attiré par les intellectuels, mais fondamentalement manuel.

Au moment de la construction de mon chalet, j’étudiais au Collège militaire royal de Saint-Jean. Les fins de semaine, mes amis et camarades de classe venaient m’aider. Ça leur offrait une petite escapade à l’extérieur de la ville et, à moi, des paires de bras supplémentaires pour construire la charpente.

L’avantage du collège militaire, c’est qu’on est payés pour étudier. C’est ce qui m’a permis de m’offrir la construction de ce chalet. Je n’ai jamais été très dépensier, très matérialiste… en fait, je n’ai jamais acheté de maison de ma vie. Le seul bâtiment qui m’appartient, c’est ça, ici.

J’ai terminé la construction du chalet à 21 ans. Je ne l’avais jamais rénové, changé de façon significative depuis. Mais la COVID est arrivée, et puisque je planifiais y passer beaucoup de temps (le centre-ville de Montréal, où je loue un appartement, étant fermé), j’ai entrepris de faire travailler mes amis entrepreneurs alors sans emploi, dans un environnement extérieur et contrôlé, et de rénover. Je voulais que mon chalet soit très « nature », fait de pierres et de bois rond, et avec beaucoup de fenêtres. L’idée était de se sentir dans le bois, tout en étant à l’intérieur. J’ai donc une vue sur le lac et sur la montagne, en plus d’un grand foyer. J’y ai brûlé 32 cordes de bois l’an passé. Nature et chaleur, c’est ce que je recherchais. Ce n’est pas un château, mais ici, c’est moi. Ça me ressemble en tout point.

 

C’est donc votre havre de paix si je comprends bien ? C’est ici que vous réussissez à décrocher de l’intensité du travail, j’imagine ?

Complètement. Je le dis souvent : si je n’avais pas eu cet endroit, je ne serais pas le même homme aujourd’hui.

 

Ah bon ? Comment ça ?

Je suis excessif dans pas mal tout ce que j’entreprends. C’est héréditaire : mon père et mon grand-père étaient comme ça. Mon père est d’ailleurs décédé à 48 ans d’une maladie coronarienne, qui, malheureusement, n’a pas été détectée à temps. C’était la réalité à l’époque : les gens fumaient, travaillaient très fort… ils ne faisaient pas attention à eux.

Donc à 39 ans, j’ai décidé d’arrêter de travailler pour prendre soin de moi. Cette « pause » a duré 17 mois. J’avais économisé un peu d’argent, car je possédais peu de biens, et mon chalet était payé. J’ai donc quitté mon poste au Canadien National et j’ai entrepris de construire un camp de bois rond dans le Grand Nord, tout en étant guide de motoneige pour les touristes. Ça m’a permis de remettre les choses en perspective. J’ai vraiment décroché, tellement qu’en 6 mois, ma pression sanguine (alors un peu trop élevée) est descendue plus bas que la normale. C’est à ce moment que j’ai compris l’importance du mode de vie sur notre santé, et que je devais prendre soin de moi.

Depuis ce temps, et dû à mon hérédité, j’essaie vraiment de bien manger et d’être actif. Surtout depuis les deux dernières années. À être scotché devant un écran toute la journée, ce n’est pas sain. Je m’assure alors de prendre 2 heures quotidiennement pour aller dans la montagne.

 

Deux heures en forêt ? Mais vous y faites quoi ?

Vous allez rire, mais je parle à mes arbres. Je me suis fait un petit parc, une piste de ski de fond, je bûche les arbres malades… bref, c’est mon petit coin de paradis où je me sens bien. C’est comme mon sentier de pèlerinage.

Mais je ne suis pas très différent de plusieurs personnes : face à la situation actuelle, beaucoup réapprennent à valoriser la nature, réalisent son importance et son influence sur notre bien-être, et ont adopté un rythme de vie un peu moins soutenu. Ils ont retrouvé un certain équilibre, et c’est tant mieux.

 

Quel est votre passe-temps favori quand vous êtes là ?

J’adore l’hiver. Quand il neige, j’ai l’impression d’avoir 5 ans. Les jours de tempête, je suis presque dans un état second. Ça m’émerveille, la neige. C’est pur, calme, doux… et ça offre tellement de possibilités ! J’ai passé beaucoup plus de vacances aux Territoires du Nord-Ouest, au nord de l’Abitibi, au Yukon et en Alaska que dans le Sud. La période où je prends le plus de temps pour moi, c’est l’hiver et c’est dans le Nord. Et je pars en motoneige. Il n’y a aucun endroit qui n’est pas accessible pour moi !

Mon passe-temps favori, c’est donc d’amener des amis, l’hiver, sur des lacs inconnus, chaque fois différents, et d’y faire un petit feu de camp. J’ai tout le temps une scie à chaine avec moi et du petit bois. En 5 minutes, c’est fait. On mange un goûter autour du feu de camp sur le lac et on revient tranquillement. Tout le monde ADORE ça. Et moi, ça me rend fou de bonheur.

Aimer, c’est connaître. Donc si tu ne connais pas la nature, si tu n’y passes pas beaucoup de temps, si tu ne te maries pas avec elle, comment veux-tu l’aimer ? Pour moi, c’est tellement important…

 

Avez-vous un petit secret à nous dévoiler ?

Autant je suis très physique et hyperactif, autant je valorise énormément mes matinées à lire. Ce qui m’intéresse le plus c’est l’histoire, l’anthropologie et la géographie. J’aime la science aussi.

J’ai besoin de lire. Beaucoup. Il faut être curieux. Grandir et apprendre, aimer et être aimé, être utile et aider sont les 3 devises importantes de ma vie. Mais on ne peut pas avoir tout ça si on n’est pas curieux. Je dis souvent qu’une personne vieille, c’est une personne qui n’est plus curieuse, peu importe son état de santé. Si on a encore de l’intérêt, une sensibilité face à autrui, on demeure jeune longtemps.

 

Mais… ce n’est pas un secret, ça, Monsieur Maurice, aimer lire !

C’est vrai ! (rires) Eh bien, ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai pas une bonne oreille… et que je suis daltonien. Il m’arrive souvent de m’habiller avec des chandails qui ne correspondent pas du tout à mon pantalon !

Et puis, pour moi, la musique, c’est cacophonique. Je ne saisis pas bien les paroles, à moins qu’elles soient vraiment prédominantes. J’écoute donc peu de musique. J’aime davantage les émissions de radio d’informations. Et comme je vis seul, c’est agréable. Mais la musique, ça ne me parle pas. Quelques textes vont me toucher, m’émouvoir, mais pas la musique.

Ah, et aussi, je ne cuisine pas. Pour moi, cuisiner, c’est du sport extrême.

 

Hahaha ! Dis l’homme qui fait des excursions de motoneige dans le Grand Nord !

J’oublie tout sur les ronds, je me brûle… je mets le feu, même ! Je voulais m’acheter un poêle au gaz pour le chalet lors des rénovations, et tous mes amis m’ont formellement interdit de le faire. Je suis trop dangereux ! Ils m’ont obligé à m’acheter un poêle à convection dont les ronds s’arrêtent dès qu’on enlève les chaudrons.

 

C’est le moment des questions en rafales. Je commence. Si vous aviez à être quelqu’un d’autre, l’instant d’une journée, ce serait qui ?

Ce serait d’être le personnage principal du film Avatar. Ce film m’a émerveillé. Qui ne veut pas être beau, grand, fort, aidant, sauver le monde et protéger un peuple tout en ayant une merveilleuse conjointe et en vivant dans un monde naturel éblouissant ? Tout, dans ce film, frise la perfection des aspirations humaines. Pour moi, ce serait cette personne.

 

Quelle est votre plus grande qualité ?

La détermination.

 

Votre plus grand défaut ?

Je suis trop expéditif parfois.

 

Votre plus grande passion ?

Faire une différence en société.

 

Vous avez sûrement un livre préféré ? Quel est-il ?

J’en ai deux : « Les Juifs, le monde et l’argent », de Jacques Attali, et la série « L’État du monde » que je lis religieusement chaque année.

 

Vous qui aimez les arbres, quel est votre favori ?

Le bouleau, bien que ce soit un arbre fragile. Je l’aime parce qu’il est blanc, il me rappelle la neige, et parce qu’il contraste dans la nature.

 

Votre humain préféré ?

Ici aussi j’en ai deux. Ce sont messieurs Claude Castonguay, un des grands bâtisseurs du Québec, et Claude Montmarquette, ancien président-directeur général du CIRANO, malheureusement décédés aujourd’hui. Leur implication dans la collectivité, même à un âge avancé, a été impressionnante. Ils ne critiquaient pas : ils proposaient des solutions. Ça m’écœure, la critique. Amenez-moi des solutions et je vais écouter. Ces hommes ont donc eu toute mon admiration et mon respect.

 

Qu’est-ce que je peux vous souhaiter, à vous, cette année ?

Je veux juste être en santé. Je suis foncièrement heureux, je me trouve très chanceux. Bien sûr, on peut toujours améliorer certaines choses, mais je me sens bien, « sur mon X » comme certains disent. Je veux pouvoir continuer d’influencer, de conseiller, d’aider… de m’amuser aussi.

Je veux tranquillement être moins impliqué au quotidien dans l’entreprise, mais continuer à être utile longtemps, à partager mon savoir et mon expérience à d’autres. Parce que la plus grande richesse du monde, ce sont LES GENS.

 

Eh bien, je pense pouvoir dire au nom de plusieurs que nous désirons en effet profiter encore de votre savoir et de votre expérience. Vous êtes passionnant, tellement que j’ai envie qu’on se donne rendez-vous à nouveau pour une autre série de questions. Qu’en pensez-vous ?

Très bonne idée ! On se retrouve bientôt alors !

 

Merci Monsieur Maurice. Bonne fin de journée à votre chalet, ou dans la montagne. Dites bonjour aux arbres pour moi !

 

Catherine Darlington, conceptrice-rédactrice du Groupe Maurice

 

Laissez votre commentaire

27 Commentaires Laissez votre commentaire

Quel bel article sur ce Monsieur Maurice !

De belles valeurs qui me rejoignent , c'est bien cela la vie , la priorité les gens , les arbres , l'amour de la nature !
Un résident écrit plus bas que s il n'avait pas 90 ans il solliciterait un emploi dans l organisation du groupe !
Je vous comprend cher Monsieur , j y réfléchie aussi ! Le goût d'apporter sa contribution, sa participation , d'aider , de se sentir utile et surtout de bosser pour un homme de coeur !

Ma maman est en liste d'attente dans une résidence de la Rive-Sud , j'ai confiance que je vais obtenir une belle place au bon moment 🙂

Bonne continuation a tous,
A bientôt
Suzie

Félicitation monsieur Maurice pour votre parcours, vous avez réussi votre vie professionnelle.

C'est vrai qu'un amoureux de la nature comme lui, doit être un bon monsieur...Merci pour l'entrevue qui nous permet de mieux le connaître. J'habiterai bientôt la maison Ora et j'ai bien hâte ! J'apprécie toutefois plus le printemps et l'été avec les températures plus clémentes mais le club de marche me permettra peut-être de redécouvrir les joies de l'hiver .

Très bon article qui nous permet de mieux connaître Mr Maurice.
Il semble être authentique dans sa vision et son comportement.
On lui souhaite de rester en santé car il a sûrement encore beaucoup de projets intéressants à réaliser.
Que Dieu le bénisse et l’aide dans les projets qu’il entreprendra.

Je suis en admiration devant cet homme. Si je n’ étais pas si âgé (90ans) je crois que je solliciterais un emploie dans son organisation.

Merci pour ces beaux commentaires je suis une amoureuse de la nature comme vous j ai90 ans je demeure dans une de vos maisons départ 11 ans a l Avantage je peux dire que je suis un femme heureuse malgré tout et chanceuse d avoir un e assez bonne santé j ai toujours pensé que l on fait son bonheur nous mêmes je suis bien entouré de mes enfants et petits-enfants il faut dire aussi que j ai une grande spiritualité ce qui m

Bonjour Monsieur Maurice
Je vis depuis plus de 17 ans, un an après la construction, aux Verrières du Golf. Je me suis toujours plue
. Quelque temps après mon arrivée nous avions eu le privilège de visionner un film vous montrant partant d’ici en motoneige à votre chalet en bois rond dans le nord du Québec. Les embûches vécues et qu’un ami vous avait laissé.. Vous aviez continué seul ce grand périple.. Vous en étiez le narrateur ce fut fort intéressant.
Je vous souhaite ce que vous aimez le plus….beaucoup d’hiver
Pour terminer moi aussi le bouleau est mon arbre préféré pour sa blancheur et ses feuilles que le soleil passe au travers. Bonne santé

Merci pour cet entretien. Très intéressant!

Bonjour M Maurice!

Merci de votre générosité vous êtes une inspiration pour moi!

Belle continuité pour votre mission!

J'ai lu attentivement et avec curiosité votre parcours professionnel et surtout votre parcours de vie intime qui est très inspirant. Votre joie de vivre transpire tout au long de ma lecture. Ce qui m'impressionne le plus c'est votre grand amour pour l'hiver, la forêt et les arbres. J'ai été contente de réaliser que je ne suis pas là seule le bouleau. Quel arbre magnifique!! Ce qui m'a fait sourire, c'est lorsque vous confesser votre ou vos dialogues avec les arbres et la nature. C'est très touchant . Monsieur Maurice, vous êtes un être humain exceptionnel. Et à la lecture de vos passions, ça ne me surprend pas que vous ayez tant d'empathie vers la race humaine , surtout pour ceux et celles qui se trouvent et vivent la dernière période de leur vie.
J'ai compris que vieillir est un immense plus surtout si on conserve certains centres d'intérêt indépendamment des pertes physiques. Il faut savoir conserver le moral et surtout que la vie a été généreuse pour moi puisqu'elle m'a conduite à un âge où je savoure le bonheur de vivre et ce, malgré les tempêtes qui se manifestent parfois. Monsieur Maurice, merci d'être la personne que vous êtes et "Chapeau pour ce que vous accomplissez grâce à votre ressourcement " Vous êtes un être humain très inspirant.

Cher monsieur Maurice,
Vous avez la forêt, la montagne et moi, j'ai le fleuve. Depuis que mon mari est passé de l'autre côté du chemin, j'ai laissé le bruit infernal de la rue Sherbrooke pour le calme du soleil matinal et le fleuve, ce fleuve tant aimé des étés de mon enfance - ma grand'mère étant de Charlevoix. Ma vision doit bien couvrir 180degrés. Mais, c'est surtout la lumière des grandes fenêtres qui me font voir la vie sans trop d'amertume. Jean Yves désirait déménager ici. Ce fleuve, tantôt gris, tantôt bleu, ce fleuve où je n'irai plus naviguer, mais qui continue de couler vers la mer. Je sens que mon amour est ici, avec moi, dans le calme et la sérénité des journées sans lui, comme dans le scintillement de millions de lumières pendant la nuit.
Allez vers notre forêt, et je regarde mon fleuve.
Suzanne Labelle Élogia 1028

Que je suis heureuse d’avoir pu connaître d’avantage Monsieur Maurice. Chanceuse d’avoir le même nom, mais maintenant après avoir avoir lu votre rencontre virtuelle, j’ai hâte devenir prochainement, une locataire à L’Avantage Brossard.

Je vous remercie votre spiritualité agréablement d'aider les platoniciens avec vos solutions de votre avenirs.

Merci votre âme de Luc Maurice qui nous donne de nous renover nos spiritualités vos solutions des pensées de notre avenir pour que avec nous nous ferons nos bénévolat potentielles aident les platoniciens valorisables de leurs mieux des avenirs et nous vous remercions des épurations chez votre bâtisseurs valorisables pour vos biens avec nous imparfaits...VailPaul (6226) avec nos spiritualites des solutions de nos avenirs agréablement ... Nous vous encore remercions nos prochains ...

Très bonne entrevue, beaucoup de simplicité dans les questions et réponses. J’aimerais dire que la critique n’est pas toujours négative car elle peut faire avancer certaines situations dans les résidences, pour une meilleure aisance à vivre en résidence.

Heureuse d'avoir découvert l'homme qui se cache derrière la réalisation des belles résidences qui nous desservent.
Longue vie à cet homme plein de talents.

J’ai pris connaissance des échanges avec M. Maurice. Sa philosophie de vie dans la paix de la nature et le retour sur soi avec une paix intérieur , c’est formidable. Lors qu’il parle de s’évader en Alaska, Yukon .Lorsque j’ai pris ma rentrais. Mon épouse et moi, on s’est évadés 9 semaines dans ce merveille secteur en camping très rudimentaire. Dormir dans un caravane et une petite tente que nous placions à l’arrière La vie est belle. L’année suivant de la même façons un mois dans les Territoires du nord Oust et nord de l’Alberta et Colombie Britannique. M.Maurice sais apprécie les beaux endroit . Nous avons les preuves à l’appui dans nos mémoires et souvenirs.
LA vie est belle dans notre résidence: Station Est , paisible et joie de vivre ,comme dans notre grand nord.
J
Micheline Beauvais et Jacques Gauthier, ( 615 )

Merci M.Maurice pour la générosité de votre entrevue . Par vos interventions , en faveur des aînées , vous faîtes un + dans leur vie . Bien que je ne fais pas encore partie de votre grande famille, J'entends beaucoup parler du bien-être que les gens ressentent dans vos résidences.

Continuez votre beau travail tout en prenant soin de vous ! C'est véridique: La nature aide : c'est une vraie thérapie (même si ce n'est qu 'une marche) . C'est pour cela qu'il est important que les gens âgés puissent sortir dehors

Au nom de ces personnes gros Merci à vous et votre équipe

Je serai locataire dans une résidence du groupe Maurice le 1er octobre 2022. Je suis heureuse d’avoir lu ce communiqué sur la vie de Monsieur Maurice. Ça m’a donné l’occasion de mieux le connaître, mais surtout de l’apprécier comme être humain. Merci!

Merveilleuse entrevue qui m'ont permis de connaître un peu plus Luc Maurice. Vous avez su nous faire découvrir des côtés cachés de sa personnalité. Quel besoin d'aider et de profiter de notre si belle nature !
Renée du Floréa

Un québécois pure laine, communément appelé : Une souche! Non pas parce qu’il a été coupé, mais parce qu’il a été cueillit pour faire une différence.

Juste un petit bonjour à vous M Maurice que j’ai connu en travaillant au restaurant du golf Challenger à Ville St Laurent .
Bravo et félicitations pour tout ce que vous avez accompli.
Bonne journée à vous …Diane Tailleur Lefebvre

Dans une de vos réponses, j'ai noté votre admiration pour deux grands universitaires québécois, Claude Castonguay et Claude Montmarquette. Les deux ont contribué de façon significative au transfert des connaissances du monde universitaire à la société en général, notamment par leur implication auprès du gouvernement du Québec: le premier comme actuaire dédié à la solution de problèmes actuariels complexes, en tenant compte des répercussions humaines et sociales de celle-ci, et le second, comme économiste formé à la pensée des politiques de "l'école de Chicago", cherchant à concilier les aspects dogmatiques et pragmatiques des données économiques.
P.S. Vous savez probablement que monsieur Montmarquette a habité dans votre résidence "Le Savignon" jusqu'à peu de temps avant son décès survenu en septembre 2021.

Merci pour m'avoir fourni l'occasion de mieux vous connaìtre car je dois vous confier qu'il se passe peu de jours sans que je vous dise 'Merci* et encore 'Merci' de me sentir aussi bien chez moi, - chez vous,- dans l'une de vos si belles résidences.
Un magnifique endroit où j'ai pu jeter l'ancre pour la dernière fois et y vivre maintenant des jours qui s'échelonnent dans le calme, la sécurité et le bonheur.
Je souhaite la mème chose à tout ceux que j'aime. Gràce à vous, Monsieur Maurice.

Monsieur Maurice
Homme si humble et facile a se dévoiler au monde .Merci vous etes mon idole .Je vous admire continué dans cette direction la vie vous attend avec plein de surprise. Santé et longue vie.

une adminatrice

Je ne vous pensais pas aussi solitaire. Chacune des fois où je vous ai rencontré, vous semblez tellement heureux à socialiser. Je suppose que vous vivez bien des deux façons, chacune en son temps.

Quelle merveilleuse idée d’interview avec Monsieur Maurice. Tellement intéressant et j’ai découvert un homme serein malgré qu’il déplace beaucoup d’air. Cela a été une agréable de découvrir ce personnage d’actualité. Toute une inspiration. Moi aussi, cher Monsieur, je vous souhaite plein de santé. Portez-vous bien.