Fondation

Comment le milieu de vie influence-t-il le bonheur des aînés?

Partager cet article:

Le 2 juin dernier, la résidence le VÜ a accueilli le lancement d'une étude de l'université de Sherbrooke pour comprendre l'influence du milieu de vie sur le bonheur.  

 

Comment le milieu de vie influence-t-il le bonheur des aînés?

Forte d’une contribution philanthropique de la Fondation Luc Maurice, la professeure Mélanie Levasseur, de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, a lancé le 2 juin dernier, à la résidence Le VU, une vaste étude sur ce qui contribue au bonheur de la population vieillissante selon leur milieu de vie, projet qui influencera de nombreuses politiques gouvernementales. 

Déjà bien connue pour ses projets de recherche innovants sur la participation sociale et l’âgisme, la Pre Levasseur fait un pas de plus avec cette étude des plus pertinentes à une époque où d’importants changements démographiques touchent la plupart des pays occidentaux : « Comparer le bonheur, l’épanouissement et la participation sociale des aînés avec le milieu de vie, c’est complexe. À ce jour, peu d’études l’ont fait. Nos travaux de recherche nous permettront de mieux connaître les facteurs qui influent sur le bonheur et de mieux outiller les parties prenantes dans la prise de décisions relatives à l’élaboration des milieux de vie. » 

« Dès nos premiers échanges avec Pre Levasseur à propos de cette étude, nous savions que les résultats permettraient d’améliorer les connaissances dans ce domaine. C’est pourquoi nous n’avons pas hésité à contribuer au projet. Promouvoir un vieillissement heureux, actif et en santé, c’est dans nos valeurs », explique Matias Duque, directeur général de la Fondation Luc Maurice. « Avec l’augmentation de l’espérance de vie, il est essentiel d’offrir aux aînés des milieux de vie et des lieux de résidence diversifiés et adaptés, non seulement à leurs besoins, mais aussi à leurs aspirations. À long terme, ces données influenceront la qualité des services que nous offrons aux aînés pour préserver et augmenter leur niveau de bonheur. » 

Au total, ce sera 300 000 $ que la Fondation Luc Maurice aura remis à l’Université de Sherbrooke afin de soutenir différents travaux de recherche de la Pre Mélanie Levasseur au Centre de recherche sur le vieillissement, l’un des plus importants centres de recherche spécialisés en vieillissement au Canada. L’étude est présentement en cours et se déroulera jusqu’à l’automne 2024. Sous la direction de Mélanie Levasseur, elle compte sur la participation de six autres chercheurs et de différentes universités et spécialisés dans différents aspects du vieillissement. 

« Les personnes aînées sont un groupe hétérogène dont les conditions de vie et les besoins changent rapidement et différents les uns des autres. Il importe de leur offrir des milieux de vie qui répondent à leur bien-être, et ce, à l’aide du soutien d’une communauté mobilisée. Nous sommes heureux de pouvoir compter sur le soutien financier de la Fondation Luc Maurice pour mener à terme cette étude », mentionne le doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’UdeS, Pr Dominique Dorion. 

 

Exposition itinérante Vieillir et beautés 

Le lancement de cette étude à la résidence VÜ, en présence des résidentes et résidents, fut également l’occasion de présenter l’exposition itinérante Vieillir et beautés de la photographe Arianne Clément. Cette exposition s’inscrit dans le cadre de la Grande interaction pour rompre avec l’âgisme (GIRA), une initiative développée par une communauté de chercheurs, d’associations pour les aînés, de citoyens aînés et d’étudiants. 

Laissez votre commentaire