Actualités

Le VÜ : entrevue avec Paul Leclerc, directeur général, et Gilbert Francoeur, chef alimentaire

Partager cet article:

La résidence VÜ à Sherbrooke offre un cadre de vie unique, entre ville et nature. Son directeur général, Paul Leclerc, et son chef alimentaire, Gilbert Francoeur, en ont beaucoup à dire sur les attraits uniques de cette résidence qu’ils ont définitivement tatouée sur le cœur !

 

Gilbert Francoeur, vous êtes le nouveau chef de la résidence VÜ depuis quelques semaines. Parlez-nous un peu de votre parcours.

Gilbert Francoeur : Je viens du milieu de la restauration. J’ai, entre autres, été l’un des chefs fondateurs de la Brasserie Cherrier à Montréal. Par la suite j’ai eu un cheminement assez varié. J’ai travaillé dans le milieu universitaire, à l’Université Bishop’s, et même dans des camps miniers. J’ai oeuvré comme chef une première fois avec Le Groupe Maurice il y a six ans, à la résidence Croisée de l’Est à Granby. À l’époque, j’avais énormément apprécié cette expérience et je me suis promis de la renouveler. Voilà pourquoi je me retrouve ici après quelques années !

 

Qu’appréciez-vous tout particulièrement dans votre cadre de travail ? Comment voyez-vous votre rôle en tant que chef alimentaire ?

Gilbert Francoeur : Ici, tout le monde est heureux et travaille dans le plaisir. Du côté des clients, on sent qu’ils apprécient les plats que nous leur concoctons en cuisine. En fait, ce qu’ils souhaitent, c’est de sentir que l’on a mis de l’amour et du coeur dans les plats. Puisque je suis un nouveau chef, je suis très présent dans la salle à manger. C’est important de rencontrer les gens et de leur montrer que je veux assurer une stabilité et une continuité. Ma cuisine est de style classique, à la française et aussi québécoise, mais j’essaie de toujours proposer quelque chose de nouveau. Par exemple, je peux faire un bouilli de boeuf le midi et du canard le soir. J’aime marier la tradition avec un soupçon d’innovation.

 

Quels sont vos projets pour la salle à manger ? Allez-vous proposer des nouveautés ?

Gilbert Francoeur : Au cours des prochains mois, je souhaiterais continuer à miser sur ce qui a déjà été fait, tout en développant de nouveaux services. Par exemple, pour mettre de la vie dans la salle à manger, nous allons faire de la coupe de viande devant les résidents. Il y a aussi le menu végétarien, qui est très populaire et qui permet d’avoir une plus grande variété dans l’alimentation. D’autres surprises sont aussi en préparation…

 

Paul Leclerc, quel a été votre parcours avant d’être directeur général au sein du Groupe Maurice ?

Paul Leclerc : Croyez-le ou non, je suis chef cuisinier de formation. J’ai étudié à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec et j’ai même eu mon propre restaurant pendant sept ans. C’est pour cette raison que pour moi, l’aspect alimentaire est extrêmement important. D’ailleurs, le plaisir de manger est celui que nous conservons toute notre vie durant, et nous misons résolument sur cet aspect avec le programme Orientation fraîcheur implanté en résidence. Je travaille dans le domaine des RPA depuis neuf ans, dont quatre pour Le Groupe Maurice. Je dis souvent que si j’avais su avant ce que c’était d’œuvrer pour l’entreprise, j’aurais fait le saut bien avant ! C’est un domaine extrêmement gratifiant : dès que l’on réussit à toucher le cœur des résidents, ils vous le rendent au centuple ! On sent une grande reconnaissance en retour de ce que l’on fait.

 

Qu’est-ce qui distingue la résidence VÜ des autres et qui fait la spécificité de ses résidents ?

Paul Leclerc : Ici, les gens sont tissés serré et on sent qu’il y a une réelle fierté à faire partie de la communauté de la résidence. De notre côté, nous nous assurons de garder constamment un niveau de satisfaction élevé par le biais de sondages réguliers. Et pendant la pandémie et le confinement, notre récréologue a développé des solutions novatrices. Par exemple, nous avons proposé des activités à faire chez soi par le biais du réseau de télévision de la résidence. Des cours des Zumba, d’activité physique, et même la messe ont été diffusés de cette façon !

Nous avons aussi créé le Comité de cuistot, qui est très apprécié, et qui comprend plusieurs dizaines de bénévoles. Les participants peuvent contribuer à préparer des plats qui seront vendus aux résidents et dont les profits iront à un organisme de charité choisi par le comité.

Nous mettons aussi un soin tout particulier à accueillir ceux qui viennent s’installer à la résidence. Un cocktail de bienvenue est organisé. Le maillage avec le comité de parrains et marraines permet aux nouveaux venus de rencontrer des résidents et de développer rapidement des affinités avec eux. Ce ne sont pas les idées qui manquent ici !

 

Messieurs, merci infiniment pour votre précieux temps à répondre à nos questions ! Nous vous souhaitons un parcours fantastique au sein de votre belle résidence !

Laissez votre commentaire