Luc Maurice

UN PHARE DISPARU DANS L’INCENDIE DE LA RÉSIDENCE DU HAVRE À L’ISLE-VERTE

Partager cet article:

Chères résidentes, chers résidents,

Tout comme vous, je suis profondément affligé par ce qui arrive à l’Isle-Verte. À la suite de cette tragédie, plusieurs questionnent les règles des résidences privées, dont la sécurité des lieux, les processus d’évacuation et la qualité du personnel...  Tout semble remis en question.

Il faut savoir que des résidences comme celle de l’ Isle-verte, il y en a beaucoup au Québec, et elles sont toutes très importantes. Elles permettent aux gens qui choisissent d’y habiter de se sortir de l’isolement, de conserver leur autonomie plus longtemps, ou bien de profiter de soins dans un endroit agréable, plutôt que dans un milieu médical. La Résidence du Havre avait une excellente réputation et elle était essentielle pour sa communauté.

C’est un bien triste événement, d’autant plus triste qu’il est très probable qu’il aurait pu être évité. Je ne veux pas vous parler en long et en large de ce drame, mais j’insiste toutefois pour vous rassurer sur le très haut niveau de protection contre le feu dans la totalité des 19 complexes que vous habitez. Ils sont tous en béton, tous giclés, tous munis d’un système de détection et d’avertissement ultra performant et sont tous équipés de clapets coupe-feu, un dispositif automatique de fermeture permettant d'empêcher la propagation d’un incendie dans le cas où un système d’alarme s’activait.

Je sais de quoi je parle puisque j’ai été témoin de quatre feux dans nos complexes au cours des dix dernières années. Dans trois des quatre cas, l’appartement où le feu avait débuté a été totalement détruit (tant par le feu que par l’eau) sans même que les résidents habitant dans les appartements voisins ne s’en rendent compte... Je qualifierais vos villages de complètement « blindés », ou presque, contre le feu. Ils sont mieux protégés que plusieurs hôpitaux et CHSLD du Québec.

J’aimerais aussi vous dire qu’à titre de président du conseil d’administration du Regroupement Québécois des Résidences pour Ainés, j’ai demandé à plusieurs reprises, au cours des deux dernières années, une aide financière à notre gouvernement afin de permettre aux résidences n’étant pas pourvues de gicleurs (souvent les plus vieilles ou les plus petites ayant des moyens limités) d’installer ce type de système… On a préféré vous imposer des mitigeurs d’eau chaude qui ne servent à rien, et qui, dans plusieurs cas, peuvent vous irriter sérieusement. Cette initiative coûtera près de 50 M$ à notre industrie, alors qu’on aurait pu, avec cette même somme, installer des gicleurs à près de 200 petites résidences du Québec. Lundi dernier, le ministre Hébert a toutefois donné une entrevue radiophonique très réfléchie et nuancée sur la situation des résidences privées pour retraités. Gardons espoir.

Nos pensées et nos prières sont avec les habitants de l’Isle-Verte.

À bientôt chers résidents,

Luc Maurice

Laissez votre commentaire