Actualités

Série Les Pionniers : Le Visionnaire

Partager cet article:

Article tiré du magazine du Groupe Maurice « L’Innovateur », Octobre 2018, no 2

Voici les pionniers de l’entreprise, les premières personnes à y avoir œuvré, habité ou investi, fidèles, uniques et visionnaires depuis maintenant 20 ans. Ils nous ont ouvert leur boîte à souvenirs afin de nous raconter, avec bonheur et générosité, la singularité des balbutiements de ce qui allait devenir Le Groupe Maurice d’aujourd’hui.

 

LE VISIONNAIRE

 

Monsieur Michel Toupin est partenaire financier du Groupe Maurice depuis 20 ans. Directeur du Fonds commun de placement des régimes de retraite de l’Université Laval, il fut le premier à faire confiance à Luc Maurice, cet entrepreneur amoureux des aînés, pour son premier projet de résidence pour retraités. Pourquoi a-t-il décidé d’y croire ?

 

 

Monsieur Michel Toupin, comment votre relation d’affaires avec monsieur Maurice, a-t-elle débuté ?

Ç’a commencé par un appel d’un de mes amis qui me demandait si je pouvais rencontrer un certain Luc Maurice. Les investisseurs sont souvent sollicités pour aider des gens. Ceux que j’accepte de rencontrer de façon prioritaire sont les personnes qui viennent de perdre leur emploi, qui sont en changement de carrière ou bien des jeunes entrepreneurs. Autrement dit, les personnes qui ont du gaz.

 

Et c’était le cas de monsieur Maurice ?

Tout à fait. Je lui ai demandé au début : « Mais pourquoi veux-tu ouvrir une résidence pour personnes âgées ? Il n’y a rien de passionnant là-dedans. C’est pas “glamour” ce milieu-là ! » Il me répond : « C’est parce que j’aime les aînés. » Les deux heures qui ont suivi, je l’ai écouté m’expliquer pourquoi. Je voulais qu’il me prouve qu’il les aimait vraiment. C’est trop facile de dire « j’aime les personnes retraitées ». Mais lui, j’ai su qu’il était sincère. Il voulait en faire un métier et son approche était différente : sa pensée n’était pas commerciale. Elle était humaine. C’est ça qui était marginal.

Par exemple, un jour, au tout début des Résidences du Marché, on a réalisé que la salle à manger n’était pas rentable. On s’est alors dit : « On s’en fout. Est-ce qu’on accepterait que nos mères ne mangent pas bien sous prétexte que l’opérateur veut faire de l’argent ? Non. Eh bien, on va agir afin d’être en accord avec nos valeurs. »

 

Vous partagez donc les mêmes valeurs. Est-ce pour cette raison que votre partenariat perdure ?

Je crois, oui. Je ne me suis jamais obstiné avec Luc. On était en accord et intraitables sur les mêmes choses. Les gens qui se lancent en affaires pensent souvent, à tort, qu’ils pourront augmenter leur offre lorsqu’ils seront rentables. C’est faux. Si ton produit est bon, la rentabilité va venir. Ç’a été notre façon de penser dès le début. C’est pour ça qu’on s’est toujours bien entendus. On pense de la même façon !

 

Qu’est-ce qui est un gage de succès pour Le Groupe Maurice selon vous ?

C’est le fait que Luc soit un leader, mais un leader bienveillant. Ces deux qualités ne sont pas contradictoires, bien au contraire : elles vont ensemble. Je l’ai vu agir avec sa famille : c’est un homme fondamentalement aimant. Il a donc commencé par mettre cette qualité en pratique, et grâce à son leadership, il a réussi à l’imposer à toute une organisation. C’est ce qui constitue sa plus grande force, ce qui a entraîné son succès, et ce qui assurera la pérennité de son entreprise pour longtemps encore.

 

 

Laissez votre commentaire